Aller au contenu principal

Bornes de collecte des petits appareils ménagers usagés (PAM)

Pour se débarrasser facilement des petits appareils ménagers qui trainent dans leurs placards (téléphones portables, clé USB, aspirateurs, sèche-cheveux, mixeurs...), les habitants bénéficient depuis le mois d'octobre de nouvelles bornes d’apport volontaire, à proximité de chez eux. Conçus spécialement pour garantir le recyclage des équipements électriques et  électroniques usagés des particuliers en toute sécurité et conformité, ces containers ont été installés pour 1 an. Si les résultats s’avèrent concluants, ce dispositif unique en France sera déployé dans d'autres collectivités.

 

Trois collectivités en France engagées pour tester ce nouveau dispositif

Comme Versailles Grand Parc, le SIRTOMAD, Syndicat mixte du traitement des déchets de l’agglomération du Grand Montauban et de la communauté de communes Terres des Confluences, a été sélectionné comme "territoire test"par Ecologic, un éco-organisme agréé et spécialisé dans la prévention et la gestion des DEEE (déchets d’équipements électriques et électroniques). Cette expérimentation s’inscrivant totalement dans son objectif de rendre exemplaire ces territoires, en matière de gestion des déchets. Ainsi, une dizaine de lieux stratégiques, dont 2 à Castelsarrasin, ont été identifiés pour positionner ces nouvelles bornes d’apport volontaire et offrir aux habitants, des solutions de tri à proximité de leur foyer tout en leur garantissant la meilleure qualité de service.

Ces nouvelles bornes permettent ainsi de contribuer toujours plus efficacement aux objectifs de collecte et de recyclage des équipements électriques et électroniques poursuivis sur le territoire : encourager les citoyens à trier, faciliter le passage à l’acte en multipliant les points de collecte à proximité des lieux d’habitat dense, permettre le développement du réemploi et une meilleure valorisation des matières premières.

 

Depuis le 1er octobre 2019, les 2 bornes d'apport volontaire sont installées à Castelsarrasin :

- Avenue de Courbieu (devant le nouveau complexe sportif Marceau Faure)
- Place Occitane (côté cimetière).

Les déchets collectés sont enlevés par un acteur logistique local : l'association IDEES de Caussade.
Massifiés, ces déchets sont ensuite transportés par la société Envie 31 vers un site de traitement spécialisé, pour être dépollués, triés et fractionnés, puis évacués vers des filières de recyclage (fabrication de nouveaux produits).

A contrario, lorsque ces petits appareils finissent à la poubelle, ils sont enfouis ou incinérés, sans dépollution préalable, avec les dangers que cela représente pour la santé humaine, l'environnement et les ressources naturelles.

 

Faciliter le geste de tri

Etudiées pour être les plus fonctionnelles possibles, ces bornes de collecte ressemblent à celles utilisées pour le recyclage des textiles. De taille moyenne (2 m3), elles peuvent contenir jusqu’à 250 kg de petits appareils ménagers. Une trappe frontale sécurisée facilite le dépôt, tout comme la porte latérale simplifie l’intervention des opérateurs locaux chargés de les vider chaque semaine.

L’expérimentation est menée en même temps dans les différentes collectivités. Une série d’indicateurs techniques, financiers, de qualité et d’efficience ont été définis pour évaluer chaque semaine, l’intérêt du dispositif. Si l’objectif final reste la mesure de la performance de ce type de collecte, ces expérimentations cherchent également à analyser les comportements des citoyens, à évaluer la vitesse de remplissage, à organiser des ramassages efficients et à valider le choix des emplacements.

Ces bornes accueillent tous les petits appareils électriques et électroniques, par exemples : les fers à repasser, jouets électroniques, clés USB, sèche-cheveux, grille-pains, unités centrales d’ordinateur, aspirateurs, téléphones, perceuses, claviers et souris… En revanche, les autres déchets tels que les écrans, les télévisions, les ordinateurs portables, les bouteilles de gaz, les textiles, les aérosols, les CD/DVD, la nourriture, les piles et batteries font l’objet d’autres filières de recyclage et ne doivent pas y être déposés.

 

 

Recycler, un geste qui profite à tous

Actuellement, plus des 3/4 des déchets présents dans nos poubelles d’ordures ménagères n'y ont pas leur place ! C’est le cas, des équipements électriques et électroniques (EEE). Concrètement, un individu se sépare chaque année, de 20 à 22 kg de EEE (réfrigérateurs, téléphones, ordinateurs…). Comme le sigle de la poubelle barrée présent sur chaque appareil l’indique, ceux-ci doivent impérativement être déposés en déchèterie ou dans les nouvelles bornes à PAM. Spécialisé dans la gestion de ce type de déchets, l’éco-organisme se doit d’assurer leur fin de vie aux noms des fabricants et metteurs sur le marché. Il s’agit ici de sa principale mission d’utilité publique qui est financée par l’écocontribution. Une participation financière incluse dans le prix total de chaque appareil acheté par les consommateurs. Les appareils collectés sont ensuite triés pour soit, être remis à neufs et par exemple, revendus ou donnés par les acteurs de l’économie sociale et solidaire. Soit, ils sont démantelés afin de récupérer les matières premières qu’ils contiennent et les valoriser, notamment dans de nouveaux cycles de production. En 2017, le taux de collecte globale des EEE n’était encore que de 49%, alors que l’objectif européen d’ici 2020 est d’atteindre 65%.

Au-delà de la préservation des ressources naturelles, la valorisation de ces déchets électriques et électroniques (DEEE) évite de toutes formes de pollution, limitant ainsi les impacts environnementaux. Mais, elle génère aussi des valeurs sociétales et économiques en permettant de créer de l’emploi et de gaspiller nos ressources naturelles. Trier reste un geste simple et indispensable, pour que chacun puisse continuer à bénéficier des services que ces équipements lui rendent au quotidien.