Aller au contenu principal

MAISON D'ESPAGNE

Histoire de la Maison d'Espagne

La Maison d’Espagne a été construite à la fin XVIIème siècle dans un style architectural que l’on appelle « à l’italienne », mis en vogue par Marie de Médicis, dans les années 1600. Elle tire son nom actuel de l’un de ses nombreux propriétaires, nommé Jean-François Ignace d’Espagne, qui serait à l’origine de la construction de la tour d’angle, alors qu’il était propriétaire de la bâtisse et Maire de la Ville dans les années 1740. Au cours des siècles qui ont suivi, la bâtisse a subi maintes modifications, heureusement toujours dans le respect de son style architectural.

C’est cette tour d’angle qui a permis l’inscription de l’hôtel particulier sur la liste supplémentaire des Monuments historiques le 6 mai 1947, dans le but de permettre au propriétaire d’alors de réaliser des travaux de restauration de la tour qui s’était largement dégradée faute d’entretien. Mais ce ne fut pas le cas, et sous la menace d’un effondrement, le Maire de l’époque décide de prendre un arrêté de péril imminent autorisant sa démolition qui a lieu en 1956.

L’évolution de la fonction de cet hôtel particulier est très inattendue car au cours du XIXème siècle, elle va appartenir à l’aubergiste Dombios, qui faisait relais de poste / auberge. Puis, en 1942, c’est Monsieur Gabriel Capelle, garagiste, qui l’achète et la partie écurie du Relais de poste deviendra un garage automobile.
Ses enfants l’ont ensuite vendue à la ville en 1997, qui s’est attachée au fil des années, à restaurer cette maison dans le respect de son identité. La reconstruction de la tour, quasiment à l’identique, a lieu dans les années 2007/2008, ainsi que la rénovation de la façade et de murs en brique de salles intérieures.

 

Valoriser le patrimoine communal du cœur de ville

Les travaux de réhabilitation s’inscrivent dans un objectif de sauvegarde de ce bâtiment, de sa mise en valeur et de son accès au public.

Une nouvelle aile de 120m2 vient compléter les 382m2 du bâtiment existant entièrement réhabilités, modernisés et mis en accessibilité.

Le bâtiment participe ainsi au développement culturel de la commune, en créant un pôle en coeur de ville, lieu d’expositions, à proximité du cinéma, de la médiathèque et de l’école de musique.

Il se compose :

• d'1 espace accueil
• de 4 bureaux et d'1 salle de réunion
• d'1 salle d’exposition
• de 2 salles d'espace muséal

La cour extérieure a été aménagée et végétalisée pour l’embellissement du site et le confort des utilisateurs, mais aussi pour offrir la possibilité d’un espace d’exposition supplémentaire à ciel ouvert.

Les travaux ont été réalisés avec l'accompagnement des Architectes des Bâtiments de France (ABF).

Des fouilles archéologiques préventives ont été réalisées sur le site en amont par l’INRAP, début 2019, conformément à la législation sur ce type de chantier, susceptible de mettre à jour des vestiges historiques.

 
Améliorer l'accueil des services culturels

La localisation de ce nouveau pôle culturel s’inscrit aussi dans une volonté de proximité avec les autres équipements culturels que sont le cinéma Vox, juste en face, la médiathèque municipale et l’école de musique municipale situées à quelques dizaines de mètres d’ici, et rattachés à la Direction culturelle.
Un ensemble cohérent et mettant en valeur nos structures culturelles, qui œuvrent toute l’année pour l’accueil des publics, l’accès à la culture et l’animation culturelle de la ville.

Le projet vise ainsi à améliorer l’accueil des services culturels, jusqu’alors logés rue Paul Descazeaux, dans des bureaux devenus vétustes et inadaptés à un accueil de qualité pour le public.

Le 10 rue du Collège regroupe désormais :

- la Direction culturelle, pilotée par Marie-Lise Artel,
- le Pôle évènementiel et culturel
- le pôle archive et patrimoine
- l’accueil des salles municipales pour la location de salles et le prêt de matériel.

 

 
Participer au développement culturel et touristique de la commune

Ce projet contribue à rendre accessible la culture au plus grand nombre, grâce à la création de deux nouveaux espaces dédiés aux expositions.

 

- - - Espace Antonin DELZERS - - -

Le premier espace se situe au rez-de-chaussée du nouveau bâtiment et se dénomme Espace Antonin DELZERS, en hommage à l’illustre dessinateur, peintre, mais surtout graveur castelsarrasinois, Jean-Antonin DELZERS, né en 1873 et mort en 1943.

Il s’agit d’un espace destiné à accueillir des expositions en lien avec le patrimoine et l’histoire locale. Et c’est justement en hommage à l’artiste qui a donné son nom à cet espace, que la première exposition accueillie pour l'ouverture (du 7 juillet au 31 décembre 2021) lui est dédiée.

Excellent graveur, Antonin Delzers a travaillé sur commande de l’État, de la ville de Paris mais aussi de nombreuses maisons d’édition en France et au Royaume-Uni.

En 1917, il fait ses débuts dans le domaine de la gravure du timbre-poste, un art dans lequel il va exceller.

Auteur d’une centaine de timbres-postes, il deviendra graveur officiel de l’État.

Sa renommée dans le domaine du portrait est nationale. Il immortalise d’illustres personnages (comme Pierre et Marie Curie) et peint ou dessine, sur commande, pour des familles de Castelsarrasin et du département (comme l’érudit local Paul Vasilières).

Il obtient de nombreux prix, préside le jury du Salon des artistes et exerce les fonctions de maître de dessin à l’Ecole Polytechnique dans les années 1930. La finesse, la perfection et la précision du trait font de ses productions de véritables œuvres d’art. De nombreux particuliers possèdent des tableaux signés de cet exceptionnel artiste, ainsi que la Mairie de Castelsarrasin, les Musées de Montauban, Toulouse, Carcassonne et le Cabinet des Estampes de la Bibliothèque Nationale de France.

Ces œuvres ne pouvant être exposées trop longtemps à la lumière, elles font l’objet de soins de conservation drastiques afin de pouvoir être régulièrement présentées au public, lors d’expositions temporaires.

 


- - - Espace Muséal Firmin BOUISSET - - -

Un autre espace vient compléter ce lieu culturel : l’Espace Firmin Bouisset, géré par l'Association Firmin Bouisset sous la présidence d'Annie-Claude Elkaïm.
Scénographie réalisée par François SIKIC.

Composé de deux nouvelles salles d’exposition, il est dédié à l’enfant du pays, pionnier de la publicité moderne : Firmin Bouisset.
En effet, qui ne connaît pas Le Petit écolier de LU, la petite fille du chocolat Menier écrivant sur un mur ou le Pierrot du chocolat Poulain ? Autant d’icônes familières créées par Firmin Bouisset et qui constituent une œuvre graphique remarquable qui a contribué à révolutionner l’art publicitaire.

Pour la Ville de Castelsarrasin, la réhabilitation de ce bâtiment a ainsi été l’occasion de donner corps à un projet au rayonnement intercommunal, qui s’inscrit dans une démarche portée par l’État : la création d’un espace qui permet la conservation et la valorisation de la collection des œuvres du célèbre affichiste. Mais aussi, qui constitue un véritable pôle d’animation et de développement touristique, pédagogique, culturel et économique autour des œuvres de l’artiste.

L’Espace Firmin Bouisset va ainsi ribuer à renforcer le rayonnement touristique du territoire, en partenariat avec les structures touristiques intercommunales et départementales qui proposent des circuits thématiques mettant à l’honneur ce créateur.

FINANCEMENT

Ce chantier s'élève à 881.000 € HT, pour lesquels 482.000 € de subventions (55%) ont été sollicités et accordées en totalité par l’Europe, l’État, la région Occitanie/Pyrénées Méditerranée et le Département de Tarn-et-Garonne.

Maîtrise d’œuvre du cabinet Dangas et Laurent Architectes 
Entreprises : Pons bâtiments, Eurotip, Alu Créations, BSA, Banzo, Itier, Arqué, Pefourque Electricité, Panarotto, Roques et Ascenseurs de Gascogne
Bureaux de contrôle APAVE - Coordinateur SPS : P.G.P.

▼ Retour en images sur le chantier

De juillet à décembre 2019
Façade Maison d'Espagne 2020
Janvier 2020
Juin 2020
Octobre 2020
Avril 2021