Aller au contenu principal

EGLISE SAINT-SAUVEUR

Histoire

L’église Saint-Sauveur est mentionnée pour la 1ère fois en 961, dans le testament de Raymond 1er, Comte de Rouergue et de Toulouse qui lègue « l’alleu et l’église Saint-Sauveur » à l’abbaye de Moissac. La présence de cette église témoigne de l’existence d’un habitat à proximité dès le Xème siècle.

Devant l’essor démographique que connaît la ville au XIIème s, l’église primitive devenue trop exigüe est reconstruite entre 1245 et 1270, « d’une manière somptueuse ». Entièrement bâtie de briques, Saint-Sauveur, avec son allure austère et massive, ses voûtes, piliers et sculptures est le type même de l’architecture du 1er gothique méridional.

Gravure d'Antonin Delzers

Le mobilier baroque

Elle abrite aujourd’hui un exceptionnel mobilier baroque des XVII et XVIIIèmes siècles, provenant de l’église de l’abbaye de Belleperche, acquis en 1799 et s’intégrant parfaitement à l’édifice. L’église et le mobilier sont protégés au titre des Monuments historiques.

 

Saint-Alpinien, Patron de la ville de Castelsarrasin

L’église Saint-Sauveur abrite, depuis le XIIIème s, les reliques de Saint-Alpinien (né à Antioche au IIIème s), données par l’abbaye de Moissac.

La ville n’a cessé, durant 700 ans, de vouer un culte rayonnant à ce Saint et la fête locale est encore, aujourd’hui, associée à sa mort, un 26 avril. Durant des siècles, de nombreux pèlerins sont venus implorer celui qui consacra sa vie à la prédication et guérit miraculeusement des paralytiques, aveugles, hydropiques et « possédés ».

Lors des processions, une châsse contenant les reliques (l’humérus du bras gauche, un os de la hanche droite et une côte) était transportée à travers la ville, sur un dais de bois doré. Le dais (ou pavillon) est visible près du buffet d’orgue.

 

Les remaniements depuis le XIIIème s :

- XVIème : le chevet plat est prolongé d’une abside heptagonale et un portail de style gothique flamboyant, protégé par un porche, est percé côté Nord.

- 1865-1870 : le clocher, la première travée et la moitié de la seconde sont rebâtis quasiment à l’identique.

- 1901 : l’entrée ouest primitive est rétablie et agrémentée, d’un escalier monumental en pierre.

Plan extrait du plan d’alignement de la ville (1829) Archives Municipales