Aller au contenu principal

Hôtel de ville

Jusqu’en 1793, les affaires communales étaient gérées dans un local situé au-dessus de la halle, appelé « Maison Commune » (voir représentation au verso du panneau). Ravagé par un incendie d’origine criminelle, le 9 décembre 1793, la question du futur Hôtel de ville se pose rapidement car la halle, poumon de la cité, doit être reconstruite sans délai. Elle le sera donc en 1795, mais sans sa partie surélevée.

Castelsarrasin entend bien jouer un rôle de 1er plan dans le tout nouveau département de Haute-Garonne et son nouvel Hôtel de Ville doit être à la hauteur de son rang.

 

Le site est tout trouvé : le couvent des Révérends Pères Carmes, vaste et situé en plein centre-ville. Déclaré bien national à la Révolution Française, la Commune l’a d’ailleurs acquis le 29 mai 1791. Mais le bâtiment, dont les murs ont près de 400 ans, menace ruine et ne peut être occupé sans gros travaux. Que faire ? Réhabiliter ou démolir et reconstruire ? La réflexion durera plus de 30 ans.

Cadastre napoléonien 1837. Archives Municipales

Le nouvel Hôtel de Ville

sera finalement construit de 1824 à 1827, sur les plans de l’architecte toulousain RIVET.

En 1847, une horloge éclairante est installée par la maison LEPAUTE, célèbre horlogerie parisienne.

En 1853, l’horloge est encadrée par deux statues, inspirées de la mythologie romaine et réalisées par le sculpteur toulousain PALAT.

Les deux statues symbolisent les deux sources de prospérité de la ville : le commerce et l’agriculture avec à gauche, un Mercure, ailé et à droite, une Cérès, moissonneuse à la faucille.

La façade de style Renaissance

Rare vestige des maisons construites fin XVème s,  avec fenêtres à meneaux.

Elle est protégée au titre des Monuments Historiques.

Ses ornements (animal, feuillage), sont taillés dans une pierre très friable qui s’effrite et ne permet plus aujourd’hui de deviner que difficilement les motifs sculptés.