Aller au contenu principal

Plan sobriété énergétique

Jean-Philippe BÉSIERS présente le plan de sobriété énergétique
mis en œuvre par la commune de Castelsarrasin,
avec des mesures destinées à la fois à réduire la facture énergétique
et à diminuer l'impact environnemental associé.


"Notre pays est confronté à une crise énergétique sans précédent, qui nous amène à prendre certains mesures concernant le coût de l'énergie.
Cette crise bien sûr est présente également au niveau de nos collectivités (...)
Nous ne pouvons pas rester sans rien faire !"
 

 

La Commune de Castelsarrasin est engagée depuis plusieurs années dans une démarche volontariste de maîtrise de ses dépenses énergétiques. Les avantages sont de deux ordres :

1/ ÉCONOMIQUE : réaliser des économies de fonctionnement significatifs en limitant la consommation énergétique
2/ ÉCOLOGIQUE : participer à la préservation de l’environnement en limitant la consommation énergétique et en s’inscrivant dans l’effort national de sobriété énergétique indispensable à la sauvegarde de notre planète


Rénovation complète du réseau d’éclairage public communal

L’éclairage public représente une part importante de l’énergie consommée par la ville et pèse sur la facture d’électricité.
La ville de Castelsarrasin s’est attaquée au problème depuis plusieurs années déjà, en lançant un programme de rénovation et de modernisation du réseau d’éclairage public en 2015. En cours d'achèvement cette année, il a consisté notamment à supprimer l’ensemble des ballons fluos ainsi que des systèmes de Sodium Haute Pression, très gourmands en énergie, pour les remplacer par de l’éclairage LED (Light-Emitting Diode ou diode électroluminescente), plus efficace et beaucoup plus économique. Cela concerne 1.200 points lumineux sur les 2.270 points existants sur l’ensemble de la commune (hors zones d'activité intercommunales).
L'investissement pour la seconde phase de ce programme débuté en 2019 représente 833.000€ TTC.
Au final, ce programme de rénovation permet une baisse de 66% de la consommation électrique, soit près de 55.000€ d'économie annuelle au coût actuel de l'électricité.

Opérations annuelles d’entretien pour l’isolation des bâtiments publics

Les travaux d'entretien réguliers concourent à améliorer l'isolation des bâtiments publics.
On peut citer comme exemples récents la réfection de la toiture et le changement des menuiseries en 2022 à l'école maternelle Pierre Perret, ou le programme de modernisation de l'éclairage dans les salles municipales, ...

Choix d'équipements vertueux pour les nouveaux bâtiments

Les nouveaux investissements font l'objet d'une réflexion systématique sur les choix des matériaux et des modes de chauffage/rafraîchissement dans les bâtiments neufs.
Les nouvelles écoles Simone Veil et Eugène Redon sont l'exemple de bâtiments bas carbone, équipés en géothermie, et réalisés avec une méthode constructive écologique (structure bois, béton de chanvre). De la même manière, le projet du futur pôle enfance, porté par le Centre Communal d'Action Sociale, fait l'objet d'une démarche visant la certification HQE (Haute Qualité Environnementale).

Projets en faveur du développement de parcs photovoltaïques

Le bâtiment de l’ancien chantier fluvial, inexploité depuis le transfert du centre technique de l’autre côté des deux ponts, a été rasé en 2020, après de gros travaux de désamiantage. La plateforme de 4.800 m2 a été clôturée afin de sécuriser l’accès du côté des voies SNCF, et la ville a travaillé sur un projet d’aménagement de parking. Objectif : renforcer l’offre de stationnement gratuit à proximité de la gare, de la salle Jean Moulin, du collège Flamens et du centre-ville, avec un accès direct par la vélo voie verte et la passerelle piétonne du port.
Après étude, la commune a fait le choix de lancer un appel à projet pour l’implantation d’ombrières photovoltaïques, et de se faire accompagner par une société spécialisée qui prendra à sa charge l’investissement, avec l’exploitation du site sur 30 ans. Les travaux sont en passe d'être lancés, avec l’aménagement de 96 places de parking, éclairées et protégées par une structure recouverte de panneaux solaires, sur une surface de 2.000 m2. Ces ombrières vont permettre la production d’électricité équivalent à la consommation de 400 habitants, soit une économie de 200 tonnes de CO2 générées sur 30 ans.

Une réflexion est également en cours sur l’implantation de parcs de panneaux solaires sur des terrains communaux inexploités et sur les toitures des bâtiments.

Afin de faire face à l'explosion du coût des énergies et de poursuivre ses efforts en termes de développements durable, un plan de sobriété énergétique a été acté par la municipalité, avec différentes mesures venant en complément de celles déjà engagées et qui participent à l'effort national demandé.

Contrôle des températures dans les bâtiments publics

La ville fait appel à un prestataire spécialisé pour la gestion des chaufferies des bâtiments communaux. Les consignes de chauffage visent à une régulation des températures à 19°C pour les écoles, administrations et équipements culturels, et à 16°C pour les gymnases et infrastructures sportives couvertes.

Eclairage public : la sobriété est de mise 

  • Dans la lignée de cet effort de sobriété, la municipalité a fait le choix de ne pas installer d'illuminations pour la période de Noël cette année.
    Les décorations et les animations sont maintenues bien entendu au programme de ces fêtes, pour contribuer à l'attractivité du centre-ville.
     
  • Par ailleurs, la ville a étudié l'impact d'une extinction de l'éclairage nocturne et met en oeuvre l'expérimentation à compter du 24 octobre.
    Explications ci-dessous.

LA VILLE A ÉTUDIÉ LES IMPACTS D'UNE EXTINCTION DE L'ÉCLAIRAGE PUBLIC COMMUNAL NOCTURNE
ET LANCE L'EXPÉRIMENTATION À COMPTER DU 24 OCTOBRE 2022
ENTRE 23H ET 5H DU MATIN

Pour des raisons de sécurité, le choix a été fait de conserver un éclairage minimum sur certaines zones qui peuvent être accidentogènes : il s'agit des principaux carrefours du centre-ville, qui relient des avenues et boulevards majeurs, et qui resteront donc partiellement éclairés.

Ne sont ainsi pas concernés par l'extinction totale :
- le carrefour de l'avenue du Maréchal Leclerc, au niveau de l'ancienne caserne Banel
- le carrefour à hauteur de l'Eglise Saint-Jean à l'intersection des boulevards Louis Sicre et du 4 septembre
- le carrefour du coeur du Maire au pied de l'Eglise Saint-Sauveur
- le rond-point à hauteur de la médiathèque entre le boulevard Marceau Faure, l'Avenue du Maréchal Juin et le boulevard de la République
- le carrefour de la PLace des Belges
- le rond-point de la sortie de l’autoroute, Avenue du Maréchal Leclerc.

Consulter l'arrêté du Maire.

Pourquoi la réduction ou l’extinction de l’éclairage public est un enjeu majeur ?

  • L’éclairage public est énergivore et onéreux

L’éclairage public représente une part importante de l’énergie consommée par la ville et pèse sur la facture d’électricité. La mise en place de l’extinction de l’éclairage public permet de réduire de façon significative la consommation d’énergie (près de 50%) et, par conséquent, de lutter contre le gaspillage énergétique et de réaliser des économies.

  • L’éclairage public a un impact négatif sur l’environnement

L’éclairage public participe à l’augmentation des émissions de C02 dans l’atmosphère responsable de la production des gaz à effet de serre. L’interruption des éclairages artificiels peut donc être un moyen de lutter contre le changement climatique.
Cette interruption permet également de protéger la biodiversité, en diminuant la lumière artificielle nocture qui perturbe les écosystèmes en bouleversant la fréquence jour/nuit.

  • L’éclairage public est source de nuisances

La lumière artificielle provoquée par l’éclairage public est responsable d’une partie importante de la pollution lumineuse. Elle affecte notamment le bien être des habitants exposés et a un réel impact sur notre santé en perturbant notre horloge biologique et notre sommeil. 
Elle masque également l’accès au ciel et la contemplation des étoiles : supprimer l’éclairage artificiel, c’est aussi améliorer le cadre de vie.

Comment cette mesure est-elle mise en œuvre ?

La mise en place de l’extinction nocturne nécessite peu de manipulations techniques et l'investissements matériel est minime : il consiste à installer des horloges de commande au niveau des armoires électriques, ou de programmer le système de driver des LED directement sur les cadelabres selon la configuration.

Quelques jours d’intervention suffisent pour programmer les nouveaux horaires d’allumage.

Ce système laisse aussi la possibilité de faire évoluer le dispositif en fonction des besoins.

A Castelsarrasin, l'extinction est mise en oeuvre de façon progressive à compter du 24 octobre, par quartier d'intervention.

Une à deux semaines sont nécessaires pour intervenir sur l'ensemble du réseau urbain et rural.
Début novembre, toute la ville sera donc concernée par l'extinction, à l'exception des zones dangeureuses qui resteront partiellement allumées.

Quels sont les impacts directs sur la consommation d’énergie ?

Le programme de rénovation de l’éclairage public, mis en oeuvre depuis 2015, a déjà permis de réduire très largement l’impact écologique, avec un gain de consommation d’énergie final de l’ordre de 66%, ce qui représente une économie annuelle de près de 55.000€.

L’extinction de l’éclairage nocturne vient s’ajouter à cette baisse de consommation.

Une extinction de l’éclairage entre 23h et 5h du matin correspond à une diminution de l’allumage de près de 50% (utilisation moyenne de 6h/jour contre 11,5h/jour de moyenne sur l’année actuellement).

Au coût de l’électricité et de l’abonnement constaté en septembre 2022, cela représente une économie d’énergie supplémentaire de 47%, soit une réduction des dépenses de près de 42.000€, sur une facture totale actuelle de 105.000€.

Cette mesure peut-elle impacter la sécurité routière ?

L’éclairage public permet de faciliter les déplacements et les activités. Cependant, à certaines heures de la nuit, l’activité humaine dans les rues est très réduite, voire inexistante : l’éclairage peut donc être considéré comme inutile.

C’est la raison pour laquelle la tranche horaire de 23h à 5h du matin a été privilégiée pour l’extinction, car la circulation à ces heures de la nuit est limitée, voire nulle, à Castelsarrasin.

Dans le cadre d’une signalisation réglementaire, de nombreuses expériences ont montré que l’extinction nocturne n’augmente pas le nombre d’accidents de la route. Au contraire, les automobilistes ont même tendance à réduire leur vitesse.

Par ailleurs, une étude terrain a permis d’évaluer les risques potentiels et certaines zones restent partiellement éclairées.
Il s'agit des principaux carrefours du centre ville ou d'entrée de ville, qui relient des axes majeurs.

Et qu’en est-il du sentiment d’insécurité que l'on peut ressentir dans le noir ?

Une des réactions les plus courantes lorsque l'on se retrouve dans le noir est le sentiment d'insécurité. En effet, l’idée est largement répandue que l’éclairage urbain a un effet potentiel à la fois sur la criminalité effective et sur la peur du crime.

Or en France, les chiffres recensés par les compagnies d'assurance et la gendarmerie tendent plutôt à démontrer le contraire : 99% des délits et méfaits nocturnes auraient lieu dans des rues parfaitement éclairées. Selon les statistiques nationales, la très grande majorité des cambriolages ont lieu en journée (de l'ordre de 80% 1), lorsque les propriétaires s’absentent de leur logement pour aller travailler ou vaquer à leurs occupations.
Mais aussi parce que les cambrioleurs sont paradoxalement plus visibles la nuit qu’en journée, s’ils doivent utiliser de l’éclairage pour commettre leur délit (feux de voiture allumés, lampes torches...).

L’éclairage public n’a aucune incidence sur la baisse de la criminalité et de la violence.

1. Rapport d’enquête CVS 2018 - Les cambriolages et tentatives de cambriolage de résidences principales
https://www.interieur.gouv.fr/Interstats/Themes/Cambriolages/Rapport-d-enquete-CVS-2018-Les-cambriolages-et-tentatives-de-cambriolage-de-residences-principales

Quels sont les autres avantages de cette extinction ?

Cette décision, déjà prise par de nombreuses autres communes en France, se base sur des études techniques, financières et environnementales destinées à évaluer les avantages d’une réduction de l’éclairage nocturne. Outre la diminution de la facture énergétique, cette mesure permet de réduire la consommation d’électricité et, de fait, de préserver nos ressources énergétique.
Elle permet également de lutter contre la pollution lumineuse pour les riverains, la faune et la flore et donc d'améliorer la qualité de notre cadre de vie.

La lumière artificielle a un impact sur la biodiversité et peut perturber les écosystèmes.
En effet, l’éclairage d’une ville créé un halo lumineux qui empêche un large périmètre autour de la zone éclairée d’être dans le noir. Cela nuit à la biodiversité nocturne, en perturbant le cycle naturel jour/nuit et peut affecter tous les aspects de la vie des animaux. Beaucoup d'insectes sont, par exemple, attirés par la lumière, et l’éclairage artificiel perturbe leurs déplacements et donc la recherche de nourriture. 

C'est une nuisance également pour les hommes.
Cette lumière peut impacter le sommeil des habitants exposés. L’extinction nocturne garantit une meilleure qualité de nuit et donc de repos.

Limiter la pollution lumineuse permet de rétablir une certaine qualité environnementale, tout en facilitant l’observation du ciel et des étoiles.